Accueil

Chaire de recherche du Canada en Musique et Politique

De l’Antiquité à aujourd’hui, la musique a souvent été utilisée à des fins politiques. Les fonctions qu’elle est appelée à remplir au sein de l’État sont multiples, et varient grandement en fonction du contexte : une œuvre musicale peut par exemple être mise au service d’un discours de propagande émanant des autorités, ou au contraire devenir le cri de ralliement d’un mouvement de protestation ou de résistance. Éminemment multivalent, l’engagement politique porté par la musique est d’autant plus puissant qu’il ne nécessite pas le support des mots.

Comment le discours musical s’articule-t-il au discours politique? Et plus généralement, quel(s) rôle(s) la musique et les musicien.ne.s jouent-ils (et elles) dans la vie politique d’une société, y compris celle d’aujourd’hui? Ces questions sont au cœur des travaux de Marie-Hélène Benoit-Otis, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en musique et politique.

À travers un grand nombre d’études de cas, Marie-Hélène Benoit-Otis et son équipe cherchent à cerner les mécanismes par lesquels la pratique musicale sous toutes ses formes peut devenir le vecteur de discours et d’actions politiques très divers. Ultimement, son programme de recherche vise à dégager une typologie des différents rôles politiques que la musique et les musicien.ne.s peuvent jouer dans la Cité, en portant une attention particulière aux sociétés actuelles. Mieux comprendre les liens entre musique et politique, c’est en effet développer des outils qui permettent d’analyser efficacement les aspects les plus subtils – car non verbalisés – du discours politique qui nous entoure.

Actualités

Deux étudiantes de la Chaire récompensées

La Chaire de recherche du Canada en musique et politique est très heureuse d’annoncer que deux de ses étudiant.e.s sont récipiendaires de la Bourse d’excellence J.A. de Sève des Études supérieures et postdoctorales (ÉSP) de l’Université de Montréal. Il s’agit de Gabrielle Prud’homme, doctorante en musicologie sous la codirection de Marie-Hélène Benoit-Otis et de Fritz Trümpi, et de Catherine Harrison-Boisvert, également doctorante en musicologie, sous la codirection de Marie-Hélène Benoit-Otis et d’Esteban Buch. Mmes Prud’homme et Harrison-Boisvert se méritent chacune une bourse de 8 000$ pour l’année académique 2020-2021, pour l’excellence de leur dossier académique. L’équipe de la Chaire de recherche du Canada en musique et politique tient à leur adresser ses plus sincères félicitations!