Philippe Gumplowicz

Philippe Gumplowicz

Philippe Gumplowicz Après un diplôme d’histoire (la Gauche révolutionnaire sous le Front populaire) puis en sciences humaines cliniques (l’indifférencié en psychanalyse), Philippe Gumplowicz intègre le Centre d’étude, de recherche et de formation institutionnelles (CERFI), laboratoire d’études fondé par Félix Guattari. Avec Michel Rostain, il réalise quatre études sur l’histoire de la diffusion musicale en France, à la suite de quoi il soutient sa thèse sur le mouvement orphéonique au XIXe siècle. Il a écrit trois livres et de nombreux articles sur l’histoire du jazz et ses représentations, puis s’est intéressé à la place de la musique dans la construction des identités. Son habilitation à diriger des recherches en musique et musicologie du XXe siècle interrogeait la possibilité d’une mise en perspective, à partir de la critique musicale, du goût musical et de l’imaginaire politique.

Publications en musique et politique :

« Musique classique, musique contemporaine : changer la vie musicale 1982-1993 », dans Vincent Martigny, Laurent Martin, Emmanuel Wallon (éd.), Les Années Lang. Dictionnaire critique des politiques culturelles (1981-1993), La Documentation française, [à paraître].

« Musiques populaires : changer la vie musicale 1982-1993 », in Vincent Martigny, Laurent Martin, Emmanuel Wallon (éd.), Les Années Lang. Dictionnaire critique des politiques culturelles, La Documentation française, [à paraître].

« War of taste in popular music, French chanson, 1940-1942 », dans Anaïs Fléchet, Martin Guerpin, Philippe Gumplowicz et Barbara Kelly (éd.), Music and Post-War Transitions (19th-20th centuries), Oxford, Berghahn, [à paraître].

Avec Annick Durrafour, Grégoire Kauffman, Isabelle de Mecquenem, Paul Zawadski (éd.), La modernité disputée, Textes offerts à Pierre-André Taguieff, Paris, CNRS éditions, 2020.

« “La musique agit plus intimement sur nous”. Ce que disent les mythes sur la musique » dans Fabien Guilloux, Catherine Massip, Alban Framboisier, Yves Balmer, (éd.), Musiques-Images-Instruments : Mélanges en l’honneur de Florence Gétreau, Turnhout, Brepols, 2020.

« La faute d’André Cœuroy », dans Timothée Picard (éd.), La critique musicale au XXe siècle, Rennes, PUR, 2020.

« Ces chansons qui nous ont fait tant de mal. Usages musicographiques du populaire en sortie de guerre (1940-1942) », dans Anne Piéjus et Alexandra Laederich (éd.), Créer, jouer, transmettre la musique, de la IIIe République à nos jours. Pour Myriam Chimènes, Paris, Fayard, 2019.

Avec Alain Rauwel, Philippe Salvadori (éd.), Faiseurs d’histoire, Pour une histoire indisciplinée, Paris, Presses Universitaires de France, 2016.

« Wagner, Verdi (1871-1939) : représentations musicographiques des identités nationales », dans Hervé Lacombe et Timothée Picard (éd.), Verdi/Wagner : images croisées 1813-2013 – Musique, histoire des idées, littérature et art, Rennes, PUR, 2016.

« Poulenc, années vingt : de la modernité vers l’origine », dans Hervé Lacombe et Nicolas Southon (éd.), Fortune de Francis Poulenc – Diffusion, interprétation, réception, Rennes, PUR, 2016.

« André Suarès, une grande plume musicographique », dans Myriam Chimènes, Florence Gétreau et Catherine Massip (éd.), Henry Prunières (1886-1942) Un musicologue engagé dans la vie musicale de l’entre-deux-guerres, Paris, Société française de musicologie, 2015.

« André Cœuroy, une ombre à La Revue musicale », dans Myriam Chimènes, Florence Gétreau et Catherine Massip (éd.), Henry Prunières (1886-1942) Un musicologue engagé dans la vie musicale de l’entre-deux-guerres, Paris, Société française de musicologie, 2015.

Avec Vincent Cotro et Laurent Cugny (éd.), La Catastrophe apprivoisée, Regards sur le jazz en France, Paris, Outremesure, 2013.

« Jazz et racisme », dans Pierre-André Taguieff (éd.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, PUF, 2013.

« Musique et ethnicité », Pierre-André Taguieff (éd.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, PUF, 2013.

« Maréchal les voilà. Antisémitisme culturel en musique », Revue d’Histoire de la Shoah, avril 2013.

« Debussy, un nationalisme au miroir du Cake-Walk », dans Myriam Chimènes et Alexandra Laederich (éd.), Regards sur Debussy, Paris, Fayard, 2013.

« Les Juifs et le Jazz, du syntagme “judéo–nègre” dans la musique », dans Stanislaw Fiszer (éd.), Cultures juives, Paris, Editions Le Manuscrit, 2013.

Les Résonances de l’ombre, Musique et identités de Wagner au jazz Paris, Fayard, 2012.

« Jean-Richard Bloch, la phonographie, Borne culturelle des années 1930 », Cahiers Jean-Richard Bloch, no 15, 2009, p. 13-27.

Le Roman du Jazz, t. III, Les modernes, Paris, Fayard, 2008.

« Le rêve et la mission. La musique et le peuple en France 1789-1848 », dans H. E. Bödeker, P. Veit, M. Werner (éd.), Les Sociétés de musique en Europe, 1700-1920 : Structures, pratiques musicales et sociabilités, Berlin, BWV, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2007, p. 373-401.

Le Roman du jazz, t. II, 1928-1942, Paris, Fayard, 2000.

« La cause du jazz, naissance d’une passion, Paris 1930-1934 » dans Vincent Duclert, Rémi Fabre, Patrick Friedenson (éd.), Avenirs et avant-gardes en France XIXe-XXe siècles, hommage à Madeleine Rebérioux, Paris, La Découverte, 1999, p. 160-177.

Avec Jean-Claude Klein (éd.), Paris 1944-1954, Artistes, intellectuels, publics, La culture comme enjeu, Paris, Autrement, 1995.

Le Roman du Jazz, première époque, 1893-1928, Paris, Fayard, 1991.

Les Travaux d’Orphée, 150 ans de vie musicale amateur en France, Paris, Aubier, « Collection historique », [1ère édition, 1988], réédition en 2001 avec une nouvelle préface (p. I–XXI) et une mise à jour.