Zoey Cochran

Zoey Cochran

Zoey CochranZoey Mariniello Cochran est candidate au doctorat en musicologie à l’Université McGill, chargée de cours à l’Université de Montréal et professeure de diction lyrique italienne au Conservatoire de musique de Montréal. Ayant obtenu l’appui du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) à la maîtrise et au doctorat, elle étudie le rôle politique de l’opéra baroque italien en se concentrant sur les répercussions de la domination étrangère (d’abord espagnole, puis autrichienne) sur l’histoire de l’opéra. Elle a présenté ses travaux sur l’opéra de Naples et de Venise à de multiples conférences internationales, dont le congrès annuel de l’American Musicological Society. Sa recherche de maîtrise sur le rôle du toscan dans l’opéra comique napolitain lui a valu le prix SOCAN/Georges-Proctor (MusCan), ainsi que les prix du jury et du public au concours de conférences de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM). Elle s’intéresse aussi à la poésie italienne et à sa mise en musique, travaillant comme collaboratrice sur plusieurs projets sur le madrigal. Sa recherche dans ce domaine a obtenu l’appui du Fonds de recherche en interprétation de la musique ancienne en 2018. Enfin, ses recherches se sont aussi tournées vers les XXe et XXIe siècles : elle a étudié les opéras composés en Italie pendant la période fasciste et collabore avec Ana Sokolović sur un projet de recherche-création qui a pour but de redéfinir l’opéra pour le XXIe siècle.

Publications en musique et politique :

« Virile Condottieri On-screen and Emasculated Heroes on the Operatic Stage: Portraying Male Protagonists in Fascist Italy (1931-1937) », Revue musicale OICRM, vol. 5, no 1, 2018, p. 75-102.

Compte rendu de Opera, Theatrical Culture, and Society in Late Eighteenth-Century Naples, by Anthony R. DelDonna, Music and Letters, vol. 94, no 2, 2013, p. 341-344.

Loquit, ridet, et vincit. L'intégration du toscan dans la commedeja pe 'mmuseca et sa mise en musique : une forme de résistance contre la domination étrangère, mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 2012.

Quelques communications en musique et politique :

« Scarlatti’s Call ‘to Arms’: Resisting Spanish Rule in the Neapolitan Production of Comodo Antonino (1696) », congrès annuel de l’American Musicological Society, 4, 5, 14 et 15 novembre 2020.

« ‘Render unto Caesar the Things that are Louis XIV’s’: Antonio Sartorio and Giacomo Francesco Bussani’s Giulio Cesare in Egitto as an Italian Response to French Claims on Italy », congrès annuel de la Society for Seventeenth-Century Music, 26-28 juin 2020.

« ‘Can the Subaltern Sing?’: Integration and Resistance in Nicola Porpora’s Early drammi per musica », congrès annuel de l’American Society for Eighteenth-Century Studies, Minneapolis, 30 mars-2 avril 2017.

« Opera, Fascism, and the uomo non-vir », congrès annuel de l’American Musicological Society, Milwaukee, 6-9 novembre 2014.

« ‘A Study in Scarlatti’: Music, Politics, and Neapolitan Comic Opera », congrès annuel de la Royal Music Association, Leeds, 4-6 septembre 2014.

« Virilità fascista? Il caso dell’opera italiana degli anni Trenta », congrès annuel de l’American Association for Italian Studies, Zurich, 23-25 mai 2014.

« Serious Tuscans or Ridiculous Foreigners? », congrès annuel de l’American Musicological Society, New Orleans, 1er-4 novembre 2012.

« Resisting Foreign Domination through Laughter », congrès annuel de la Canadian University Music Society (MusCan), Waterloo, 31 mai-3 juin 2012.

Co-organisation de colloques en musique et politique :

En collaboration avec Marie-Hélène Benoit-Otis, organisation du colloque Protestation, propagande, oppression, résistance: Comment comprendre les liens entre musique et politique? dans le cadre du congrès annuel de l’Association canadienne francophone pour le savoir (ACFAS), Montréal, 12 mai 2017.