Gabrielle Prud’homme

Gabrielle Prud’homme

Gabrielle Prud'hommeGabrielle Prud’homme est étudiante au doctorat en musicologie à l’Université de Montréal, en codirection avec l’Université de musique et des arts de la scène de Vienne. Sa thèse, soutenue entre autres par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) et le Service allemand d'échanges académiques (DAAD), explore les commémorations musicales dans l’Allemagne et l’Autriche d’après-guerre (1945-1949). Son mémoire de maîtrise, pour lequel elle a bénéficié du financement du CRSH et du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQ-SC), portait sur la récupération de Verdi dans l’Italie fasciste et a donné lieu à plusieurs communications dans des colloques internationaux. Un article issu de ces recherches paraîtra dans le collectif Participatory Approches to Music & Democracy (Vienne, mdwPress). Détentrice d’un baccalauréat et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en interprétation du violon, ainsi que d’un baccalauréat et d’un diplôme complémentaire de deuxième cycle en études allemandes, Gabrielle Prud’homme a étudié à l’Université de Sherbrooke, à l’Università di Bologna, à la Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg et à la Freie Universität Berlin. Boursière de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), du Centre canadien d’études allemandes et européennes (CCEAE), du Fonds des Amis de l’Art de l’Université de Montréal, de l’organisme Mitacs et de la Fondation italo-canadienne CIBPA, Gabrielle Prud’homme a été auxiliaire de recherche pour le projet interdisciplinaire « Mémoire musicale et résistance dans les camps. Autour de l’opérette-revue Le Verfügbar aux Enfers de Germaine Tillion » dirigé par Philippe Despoix et Marie-Hélène Benoit-Otis.

Publications en musique et politique

« Commemorating Verdi under Fascism : The Celebrations of 1941 », dans Karoline Feyertag (éd.), Participatory Approaches to Music & Democracy, Vienne, mdwPress, [à paraître].

Chapitre rédigé d’après une communication présentée au colloque international Participatory Approaches to Music & Democracy organisé en Autriche à l’été 2018 par l’Université de musique et des arts de la scène de Vienne. Les recherches présentées sont tirées de mon mémoire et abordent la récupération politique de Giuseppe Verdi par le régime fasciste en Italie, à l’occasion des festivités commémorant le quarantième anniversaire de décès du compositeur en 1941.

« Musique et sorties de guerres (XIXe-XXIe siècles): Compte rendu du colloque international, 18-20 octobre 2018, Faculté de musique, Université de Montréal », Revue musicale OICRM, vol. 7, n° 1, 2020, p. 188-198.

Article co-rédigé avec Matilde Legault et Alexandre Villemaire rendant compte des communications présentées lors du colloque international Musique et sorties de guerres à Montréal à l’automne 2018.

« Quand l’art lyrique se mêle à la politique : Le cas Verdi », L’Opéra : Revue québécoise d’art lyrique, n° 20, été 2019, p. 12-16.

Paru dans la revue québécoise L’Opéra, le dossier traite des principaux axes discursifs entourant la récupération de Verdi sous le régime fasciste en Italie.

Commémorer Verdi sous le fascisme : Les célébrations de 1941, mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 2018.

Mémoire portant sur la récupération politique de la figure et des œuvres du compositeur Giuseppe Verdi (1813-1901) pendant la période fasciste en Italie (1922-1943), et plus précisément à l’occasion des manifestations relatives aux célébrations du quarantième anniversaire de sa mort en 1941.